CSA et temps de parole de Sarkozy


CSA et temps de parole de Sarkozy

Le CSA vient de prendre le temps de parole du président en compte pour appliquer la proportion du 50/50 Majorité Opposition

 
 

Deux remarques:

l’une générale :

Ingérable et désolant dans le principe. Le président de la république, et surtout sous la Vième république doit pourvoir s’exprimer à tout moment sur les français quand la situation l’exige. Qu’elle soit économique, géopolitique, européenne, portant sur les grandes réformes de l’Etat, de ses services et institutions, système de santé, organisation des armées et commentaires sur les théâtres d’interventions extérieurs etc. ces domaines d’interventions sont qualifiés de régaliens

Le CSA, pour ne pas appliquer un règle de temps de base, va mettre en place un chronométrage assuré par des étudiants en sciences politiques qui seront chargés d’appuyer et relever le chrono suivant les phrases du chef de l’Etat. Le procédé de modération de la règle est louable, il demeure archaïque et ne bénéficie non plus d’aucun recul.

Je trouve donc cette décision de prise en compte de la parole du président de la république es qualité dans le quota de la majorité « présidentielle » dommageable.

 
 

l’autre plus particulière, tempérant mon propos précédant mais n’y apportant pas réponse

Cette situation prise de décision n’aurait-elle pas pu être évitée si Nicolas SARKOZY se présentait plus comme un président des français, c’est-à-dire, au dessus des luttes partisanes que comme le réel chef de l’UMP ? La question s’était-elle posée pour les précédents présidents ou c’est l’omniprésence ou omniscience du président (même vis-à-vis de son premier ministre – qui s’exprime très bien par ailleurs) qui a levée cet question?

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :