ARGENT PROPRE – Seriez-vous un trader éthique ?


Finance - Financial injection - Finance

 

Finance - Financial injection - Finance

Finance – Financial injection – Finance (Photo credit: @Doug88888)

 

Question que je me posais pour les politiques et sur laquelle je voulais écrire avant l’affaire CAHUZAC.. ce site que je cite reprend ce sujet mais avec les traders..

 

En effet comme nos fameuxu experts dans l’industrie pharmaceutique.. Prendre comme ministre quelqu’un qui a connait concrètement les affaires n’est pas une mauvaise idée s’il est capable (le ministre précité l’était) d’entendre un peu de macro-économie. Les conseillers et l’administration sont là pour expliquer les finances publiques..

 

Mettre de l’éthique dans le monde des finances, éviter les comportements illicites, les dérives du libéralisme… C’est l’objectif du « test d’éthique » mis en place au Royaume-uni par le Chartered Institute for Securities and Investment (CISI), organisation regroupant les personnes qui travaillent dans la gestion de fortune et sur les marchés financiers.

 

Depuis mardi 2 avril, cette épreuve est devenue obligatoire pour tout étudiant qui aspire à devenir courtier ou trader sur les marchés financiers, explique le Financial Times. Une mesure qui vise à éviter un nouveau scandale comme celui du taux interbancaire Libor quand des banques avaient manipulé pendant plusieurs années ce taux à leur avantage et au détriment d’autres acteurs du marché.

 

Introduit en 2008, le test a déjà été subi volontairement par des milliers de professionnels de la City. Son caractère désormais obligatoire est une bonne nouvelle pour Martin Wheatley, patron du nouveau régulateur britannique des marchés financiers :« L’industrie financière doit regagner la confiance des consommateurs. C’est en mettant en place des règles éthique que cela peut advenir. »

 

Lire l’article complet sur  :

 

ARGENT PROPRE – Seriez-vous un trader éthique ? | Big Browser.

 

 

 

Publicités

Création d’un Conseil européen des risques systémiques


 
 

L’accord trouvé la semaine dernière entre la Commission européenne, le Conseil et le Parlement européen ouvre la voie à la création du Conseil européen des risques systémiques (CERS), « véritable tour de contrôle des risques macro-économiques en Europe », selon Christine Lagarde, et de trois autorités européennes pour superviser les banques, les assurances et les marchés. « Tout est désormais en place pour une mise en œuvre de ces autorités dès le 1er janvier 2011 », a précisé la ministre. L’accord a été approuvé, le 7 septembre, par les ministres des finances de l’UE. En France, le projet de loi de régulation bancaire et financière qui renforce l’efficacité du système français de supervision, a été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 10 juin 2010, et est en cours d’examen par le Sénat.

Le risque systémique n’étant pas l’apanage de la macro économie, il est regrettable de tels instituts ne se créent pas dans le domaine de la santé..veille sanitaire..Nous avons bien une agence européenne du médicament. Pourquoi pas un institut européen de veille sanitaire…

%d blogueurs aiment cette page :